Huile pour les paysages et les palettes chiffres

Dans le numéro de novembre du Artist’s Magazine , Costa Vavagiakis détaille ses palettes d’huile en comparant celle qu’il utilise pour les figures et celle qu’il utilise pour les paysages. Voir son raisonnement ci-dessous, ainsi que plusieurs de ses superbes personnages. Si vous aimez cet extrait, abonnez-vous au magazine de l’Artiste pour 10 numéros complets d’inspiration, de conseils, de nouvelles idées et d’instructions, et plus encore!

Figure et paysage palettes d’huile comparés

Par Costa Vavagiakis

J’utilise toutes sortes de palettes, des palettes de bois rectangulaires et ovales aux palettes de verre rectangulaires, ainsi que des palettes de papier jetables grises et blanches. Je privilégie une palette de verre pour sa transparence, sa douceur et sa facilité de nettoyage. J’ai un tableau sous le verre qui a un côté blanc et un côté gris. Quand je travaille sur un sol blanc, j’utilise le côté blanc; quand je travaille sur une surface tonique, je passe au gris. Je fais mes mélanges initiaux sur le grand rectangle posé à plat sur un taboret. Pendant la séance de peinture, je vais transférer le mélange de peinture sur ma palette ovale, que je tiens alors dans ma main pour me rapprocher du tableau, en travaillant parfois de manière oblique. Parfois, je transfère la peinture sur ma palette de papier jetable et la colle sur le chevalet ou même sur le tableau lui-même. Ce processus rapproche progressivement la peinture mélangée de la peinture.

Costa Vavagiakis

Arc-en-ciel XXXVI (huile sur panneau, 24 × 18) de Costa Vavagiakis

J’expérimente intensément avec différentes marques de pigments afin de trouver les propriétés de chaque couleur qui conviennent le mieux à mes techniques. Comme je peins en plusieurs couches, je dois me préoccuper des propriétés de séchage de chaque pigment. Je travaille avec des couleurs qui sèchent plus rapidement au début, puis des couleurs qui sèchent plus lentement pour les dernières couches. Je travaille également avec des milieux en séquence, du séchage le plus rapide au séchage plus lent: de l’huile de lin avec des accélérateurs de séchage comme le plomb ou l’alkyde dans les couches précédentes, puis de l’huile de noix dans les couches suivantes.

Costa Vavagiakis

Craig (huile sur panneau, 32 × 25) de Costa Vavagiakis

Mes arrangements de couleurs ont également évolué au fil des ans. J’utilise différentes combinaisons de couleurs pour ma figure et pour mes palettes de paysage, que j’ai configurées pour pouvoir mélanger de la manière la plus polyvalente et la plus économique. Ma palette de figures est configurée avec des couleurs allant de droite à gauche dans une séquence de roue de couleurs et inclut une association chaude et froide pour chaque teinte. Étant donné que je suis droitier et que mon pigment le plus utilisé est le blanc, je place le blanc à l’extrême droite, le plus près possible de ma toile, là où il est le plus facile de l’atteindre. Je place les jaunes de terre en dessous du blanc du plus clair au plus foncé (jaune de Naples, jaune de Mars, terre de Sienne crue). Je trouve cet arrangement idéal pour mélanger les tons chair. Je mélange la plupart de mes tons chair de base avec de la terre, du blanc, des cadmiums ou de la terre de Sienne brûlée, atténué par les ombres grises et diverses de Davy, les verts ou les bleus. Je mélange également un teint plus rose à base de jaune cadmium et de rouge florentin ou de rose permanente.

Peinture à l’extérieur

Quand je peins des paysages à l’extérieur, j’apprécie l’opportunité. J’ai tendance à travailler à petite échelle, généralement pas plus de 9 × 12. Je travaille avec une variété de chevalets de campagne (français, pochade, Soltek) et, pour alléger mon fardeau, je transfère mes tubes de peinture de 35 ml dans des tubes de 15 ml ou j’achète de la peinture auprès de fabricants vendant des tubes de 15 ml (Mussini, Charvin, Holbein).

Ici, je place le blanc au centre de la palette avec des combinaisons de bleus et de verts chauds et froids, clairs et foncés, à droite du blanc. J’arrange le reste de mes pigments dans une séquence de couleurs située à gauche de mon blanc. Cet arrangement me permet de mélanger rapidement les couleurs du ciel et de les maintenir lumineuses et lumineuses.

Je mélange les couleurs avec des couteaux à peindre pour voir la teinte mélangée rapidement et avec précision; Cela évite également l’usure de mes pinceaux et permet le mélange de grandes quantités de peinture. Je prémélange les couleurs de ma palette et j’établis les valeurs claires, moyennes et sombres de chaque couleur. Il est important de se rappeler que chaque couleur prémélangée n’est qu’un début; J’ajuste ensuite un mélange – cette fois avec un pinceau – afin de faire correspondre avec précision une note de couleur observée. En règle générale, je commence par les teintes à forte saturation, puis les atténue lentement. Cela assure une luminosité maximale. Je considère également l’effet de la viscosité d’une couleur et de son opacité ou de sa translucidité lors du mélange de couleurs. J’utilise des teintes complémentaires pour créer des neutres, en les mélangeant avec du blanc pour obtenir divers gris. Je mélange ensuite les couleurs neutres et tertiaires, en les calibrant avec soin en termes de valeur et de température. Lorsque j’applique enfin la note de couleur sur ma toile, je peux même la mélanger un peu plus sur ma peinture afin d’assurer un résultat exact.

Figure Palette D’huile

Figure Palette

Palette de figures de Costa Vavagiakis

(couleurs de droite à gauche): terre de Sienne brute (Michael Harding), jaune mars (Williamsburg), véritable feu jaune de Naples (Michael Harding), blanc plombé no. 2 (Roublev), blanc opaque au titane (Mussini), citron au cadmium (Winsor & Newton), orange cadmium (Winsor & Newton), lumière au cadmium rouge (Williamsburg), cadmium au baryum rouge profond (Grumbacher), orange Mars (Holbein), brûlée sienne (Old Holland), rouge vénitienne (Michael Harding), rouge indien (Holbein), rose permanente (Winsor & Newton), rouge florentin (Mussini), bleu de cobalt (Old Holland), bleu outremer (Williamsburg), bleu céruléen (Williamsburg) ), mesa verde (Vasari), viridian (Sennelier), terre d’ombre brûlée (Old Holland), terre d’ombre brute (Old Holland), gris Davy (Holbein), noir Mars (Old Holland)

Palette OIl Paysage

Palette Paysage

Palette de paysage de Costa Vavagiakis

(couleurs de droite à gauche): vert phtalo (Michael Harding), vert sève permanent (Michael Harding), feu vert permanent (Williamsburg), vert cinabre (Williamsburg), bleu outremer (Williamsburg), bleu cobalt (Old Holland), Scheveningen blue light (Old Holland), blanc plombé no. 2 (Roublev), blanc opaque au titane (Mussini), lumière jaune brillant (Vasari), citron au cadmium (Winsor & Newton), jaune indien (Winsor & Newton), orange au cadmium (Winsor & Newton), lumière au cadmium rouge (Williamsburg), terre de Sienne brûlée (Old Holland), rouge florentin (Mussini), terre d’ombre crue (Old Holland), gris Davy (Holbein), gris de Payne (Winsor & Newton)

Si vous avez aimé cet extrait, assurez-vous de vous abonner au magazine de l’Artiste pour 10 numéros complets pleins d’inspiration, de conseils, de nouvelles idées et d’instructions, et plus encore!


Rencontrez Costa Vavagiakis

Lauréat du Concours de portraits Outwin Boochever à la Smithsonian National Portrait Gallery en 2006, d’une bourse Gregory Millard, d’une subvention de la Fondation Pollock-Krasner et de nombreux autres prix, Costa Vavagiakis a enseigné à la ligue des étudiants et étudiantes de New York et à la Newhouse. Centre d’art contemporain. Vavagiakis a également été présenté dans Drawing Magazine. Pour voir plus de son travail, visitez son site Web à costavavagiakis.com . Pour regarder ses vidéos, visitez artistmagazine.tv .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 8 =